Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Les ateliers de Lavalette
  • : Les nouvelles des ateliers artistiques de Lavalette
  • Contact

Liste D'articles

12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 11:11

Précisions sur les matériaux

Avant de poursuivre cet article il convient de préciser quelques points sur les matériaux et les références cités dans celui-ci.

Le support est une toile de lin fine pré-enduite avec une couche supplémentaire de gesso (enduit spécial à appliquer au pinceau), le format est un 8 paysage (46x33).

Pour la peinture, j'utilise essentiellement des tubes d'huile fine et extra fine de chez Lefranc et Bourgeois, dans ma pratique je me sers également d'autres fournisseurs mais pour la simplicité de cet article je ne ferai référence qu'aux huiles L&B. Pour diluer les premières couches j'utilise de l'essence de térébenthine, ainsi que pour le nettoyage des brosses et pinceaux, il y a quelques années j'utilisais de white spirit pour le nettoyage de l'outillage mais j'ai arrêté ce matériau à cause de son odeur forte et de sa toxicité pour les voies respiratoires, pour les autres couches, en cas de pose de glacis, j'utilise un médium à peindre que je fais moi même avec des dilutions allant d'un mélange d'essence de térébenthine, d'huile de lin jusqu'à un médium d'huile de lin pur très gras pour les dernières couches, si je dois réaliser des glacis j'y ajoute un peu de siccatif flamand. Ces différents médium sont préparés dans des proportions permettant de respecter la règle d'or: «Peindre gras sur maigre».

Les huiles fines ou d'étude sont principalement réservées pour les sous couches et les études, ces huiles fines sont de bonne qualité mais elles sont nettement moins couvrantes et moins profondes, la proportion de pigmentation et des pigments n'ont rien de commun avec les extra fines.

 

Le ciel

 

Pour réaliser des ciels j'évite de multiplier le nombre de couleurs. Pour ce tableau j'utilise 6 couleurs, ce qui est déjà beaucoup, le blanc sera une couleur à part entière. Les six couleurs utilisées permettent de réaliser un ciel clair et peu nuageux, pour un ciel d'orage on peut utiliser la même palette en forçant les contrastes et les tonalités.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Les couleurs utilisées:

Ocre jaune, oxyde de fer synthétique.

Bleu de cobalt, oxyde de cobalt et d'aluminium.

Bleu de cobalt imitation, alum-silicat de sodium, oxyde de zinc-phtalocyanine.

Bleu outremer foncé, aluminosilicat de sodium.

Terre d'ombre brûlée, oxyde de fer naturel et synthétique.

Laque de garance foncée, anthraquinone -Dioxazine.

Blanc de zinc, oxyde de zinc.

 

Dans cette palette on peut remplacer le bleu de cobalt (série 5) par une imitation cobalt (série 1). Pour les quantités de matières ne pas perdre de vue que les bleus sont extrêmement colorants, que l'ocre jaune est un pigment très opaque et que la laque de garance ne sera utilisée que par pointe donc en très petite quantité.

Veillez à organiser votre palette afin de facilité le travail des mélanges et surtout de conserver vos mélanges de base avec la possibilité de les utiliser nets jusqu'à la fin de votre travail. Pour ma part j'organise ma palette à la fois allant des couleurs les plus clairs, les jaunes, jusqu'aux couleurs les plus sombres, terre d'ombre brûlée. Je place en haut de palette les couleur qui sont utilisées en très petites quantité comme la laque de garance. Le blancs est positionné en bas à droite. Cette organisation permet de laisser libre la surface centrale de la palette pour réaliser les mélanges.

Ma palette, à l'atelier, est un carreau (30x30) de faïence de carrelage de sol clair et brillant posé sur une petite table roulante, ceci me permet de garder les mains libres sans me préoccuper du maintien de la palette.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Je commence par faire un bleu profond qui sert de base pour tout le travail du ciel. Ce bleu est constitué de bleu outremer foncé et de bleu de cobalt en quantité presque équivalente, j'y ajoute un peu de terre d'ombre brûlée pour assombrir et donner un bleu légèrement gris qui donnera l'épaisseur de l'air et évitera d'avoir un bleu froid. Pour réchauffer ce bleu j'ajoute juste une pointe de laque de garance qui permet d'adoucir et violacer le bleu. Ce mélange, comme tous mélange de base, doit être bien malaxé pour éviter les différences de pigmentation lors du travail. Ce bleu foncé obtenu est utilisé en base et mélangé dans du blanc, pour les premières phases de travail ce bleu doit être très clair.

Le travail est réalisé avec une brosse pointe usée bombée largeur 9mm pour la totalité du travail du ciel.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Pour peindre les masses nuageuses je réalise un mélange clair à base du mélange bleu pâle dans lequel j'ajoute quelques pointes d'ocre jaune, attention l'ocre est un pigment colorant et opaque, il faut donc ajouter par très petite quantité jusqu'à la bonne teinte désirée du mélange.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Pour peindre un ciel je commence toujours par la ligne d'horizon, puis, monte vers le haut de la toile. Dans ce tableau l'horizon très clair est réalisé avec le mélange bleu clair, je réserve des zones qui seront traitées avec le mélange d'ocre pour les masses nuageuses. Je place également des touches de bleu pâle dans la masse feuillue de l'arbre central afin de réaliser la transparence de cette masse de feuilles. Je ne détoure pas les arbres de la ligne d’horizon afin de réaliser un fondu de l'horizon lors de la réalisation de la phase suivante.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

La masse nuageuse est réalisée avec le mélange d'ocre et des touches de blanc de zinc pur. Toute la surface de l'horizon est traitée de la même façon.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Pour poursuivre les masses nuageuses je prépare sur ma palette un mélange composé du mélange des bleus de base dans lequel j'ajoute plus de terre d'ombre brûlée et quelques pointes de laques de garance. Pour vérifier ce mélange très foncé je place sous celui-ci un peu de blanc pour éclaircir et visualiser le gris obtenu.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Toujours en montant je poursuis le travail du ciel. Des masses nuageuses plus foncées sont réalisées avec la même technique que précédemment.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Pour poursuivre vers le haut je fonce le blanc avec l'ajout du mélange de bleu de base.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

L'important est de bien mêler les couches de peinture afin de créer un dégradé sans rupture entre les différences de pigmentation. Le haut des masses nuageuses est repris sur le bleu plus foncé par l'utilisation d'un blanc pur légèrement balayé sur les couches de bleu,légèrement pour éviter le mélange des couches.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Comme pour la pigmentation du bleu, pour des masses nuageuses plus lourdes je fonce l'ocre par ajout d'ocre jaune et une pointe du mélange très foncé utilisé pour le gris.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Même technique que plus haut, réserve des surfaces pour les masses nuageuses, coloration du ciel en bleu foncé et réalisation des masses nuageuses avec du gris obtenu plus haut et l'ocre foncé, la finition avec du blanc de zinc pur devra finir les masses nuageuses.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Dernier mélange de bleu du ciel avec le bleu de base et moins de blanc.

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

Le haut du ciel est réalisé avec un bleu intense et les couleurs les plus sombre des masses nuageuses,

Peindre un paysage à l'huile - 2 - Le ciel

A SUIVRE...

Partager cet article
Repost0

commentaires