Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Les ateliers de Lavalette
  • : Les nouvelles des ateliers artistiques de Lavalette
  • Contact

Liste D'articles

/ / /

Au Musée, du rendu des arbres...

j-arthois-etang.jpg Jacques d'Arthois Etang à la lisière d'un bois (1613-1686)

Une visite au musée (Musée des beaux arts de Lille 59)

Du rendu des feuillages.

Les masses sombres sont traitées en formes simples et unies, de teinte plus ou moins claire dans la même tonalité de vert. La luminosité de ces masses détermine une perspective dans le paysage et défini des cheminements pour l'oeil, vers le centre du tableau, vers l'étang, des ténèbres vers la lumière.

Dans les masses sombres Jacques d'Arthois pose des touches de lumière plus claire que la masse des feuillages. Les touches sont simples en fond de tableau. Plus l'oeil s'approche des premiers plans, plus les structures des feuillages se définissent, proches de la réalité, et plus l'oeil avance vers le premier plan, en limite du tableau, plus le feuillage devient précis, à devenir presque réel, sans la suggétion qui est de mise au fond du paysage.




Au musée, Vanité et jeune fille...

Deux portraits magnifiques.

Sur des fonds bleus, bleus gris qui subliment les peaux blanches et roses.

Des femmes jeunes dont on ressent pourtant l'expérience de la vie. Un vide profond et vertigineux.

Des robes noires dont on devine chaque plis.

Une technique du glacis acadamique, superbe, une technique de la matière parfaitement maîtrisée, peu de couleurs et tant de relief!

 

Le blanc des corsages entre peau et robe.

Et ce rouge sang!

Une écharpe ou un bouquet de fleurs,

le rose qui se reflète sur la jupe blanche et sur les manches jusqu'au livre.

 

5785401_2489410.jpg

Jeune fille assise tenant des fleurs dans les bras

Musée des beaux arts de Lille

 

 

    imagesCAMXCZ1X-copie-1.jpg

Vanité

Présenté au Salon de la Socièté des Beaux Arts de 1890

Musée des beaux arts de Lille

 

Dans la main droite, la jeune fille tient une boule dorée où l'on devine un crâne, Vanité vous fixe du regard.

L'or sur fond bleu et écharpe rouge, travail des primaires, caché tant l'ensemble est équilibré.

 

150px-Alfred Agache

Alfred Pierre Joseph Agache, appartenant à une grande famille de l'industrie lainière du Nord de la France, est né à Lille le 29 août 1843 et mort à Lille le 15 septembre 1915. Peintre académique.

 

Au musée les pompiers... Visite au Musée des Beaux-arts de Limoges

Un arrêt devant la toile d'Auguste Aridas "le cours des jeunes filles à l'école d'art décoratif".
Aridas_P013_Le_cours_des_jeunes_filles_.jpg
Une grande toile, presque grandeur nature.
Le spectateur à l'impression d'être au fond de la salle et d'assister aux différents cours de l'école.
detail-cours-des-jeunes-filles.jpg
Détail à droite de la toile
detail-2-cours-des-jeunes-filles.JPG
Détail à gauche dela toile
D'autres toiles de Auguste ARIDAS
les-retoucheuses.jpg
Les retoucheuses
chrysentemes.jpg
Chrysanthèmes
Auguste Aridas est un ancien élève de Dauban et de Gérôme. Il sera un des chefs de file du style néo-pompéien. Aridas (1848-1929) arrive à Limoges en 1881 pour enseigner dans la division supérieure de dessin à l’École nationale d’art décoratif. Le musée des Beaux-arts de Limoges dispose d’une quinzaine de peintures et dessins de l’artiste relevant des différents genres (scène, portrait, nature morte).
pont-et-cathedrale-de-st-etienne-de-limoges-musee-dubouch.jpg
Pont et cathédrale Saint Etienne
Jean Léon GEROME
derniere-priere-des-martyrs-chretiens-1883.jpg
Dernière prière des martyrs chrétiens
Jules DAUBAN
Dauban-Jules-cavalcade-2.jpg
Cavalcade
Pour en savoir un peu plus sur Jean-Léon Gérôme et Jules Dauban :
Article Wikipédia Jules Dauban à l’adresse suivante :
Article Wikipédia Jean-Léon Gérôme à l’adresse suivante :
Un article Le Monde Culture « Gérôme, le peintre qui maudissait l’art moderne » à l’adresse suivante :
Peinture pompier –Néo-grec et néo-pompéien
Au XIXème siècle, en réponse aux styles modernes naissants, Le goût de l'Antique se répand dans les académies, véhiculé en particulier par les sujets imposés dans les Ecoles des beaux-arts, dont les élèves plus méritants sont Lauréats du Prix de Rome.
Les peintres officiels, peintres de la bourgeoisie, s'emparent de cette tendance picturale, transposant les scènes de la vie quotidienne dans l'Antiquité. C’est l’apogée du style "néo-grec" ou "néo-pompéien", utilisant les décors et motifs empruntés aux civilisations grecque, romaine, babylonienne ou égyptienne. Les sujets inspirés de l’antiquité réservés aux "grands genres" de la peinture religieuse et d'histoire, basculent dans l'anecdote et la mise en scène du quotidien dignes des péplums du cinéma hollywoodiens.
L'art officiel de la Belle Epoque a été appelé « Pompier » par dérision, l’utilisation des casques reluisants et de l’éclat pimpant des costumes, les mises en scène de grande pompes inspirent le terme de « pompiers », la dérision de l’art officiel prend un nouvel essor avec les premiers succès des peintres impressionnistes qui se vengent des moqueries du public durant de longues années.
Les peintres académiques n'étaient pas dénués de talent dans l'ensemble, leur tort fut le refus de la nouveauté pour la préservation de leurs privilèges académiques, ils étaient, pour la plupart, les uniques bénéficiaires de la commande publique et officielle. Ces peintres officiels étaient les seuls admis dans les salons artistiques, ce qui leur valut d'être raillés par ceux qui étaient exclus des Salons pour cause de non-conformité aux valeurs de l’art.
Il ne faut pas nier que ces peintres académiques avaient une grande maîtrise de la technique de la peinture, de la composition, des couleurs et une grande culture artistique. A la fin du XIXème et début XXème siècles certains collectionneurs avaient osé acquérir des œuvres impressionnistes et autres mouvements écartés de l’art officiel, cependant ces mêmes collectionneurs achetaient également des œuvres académiques. Si les milieux populaires rejetaient ces peintres académiques c’est avant tout parce que ceux-ci étaient les représentants de la bourgeoisie. Dans la seconde moitié du XIXème siècle, il y avait deux mondes bien distincts.
Le chemin de fer, l’automobile, le développement de nouvelles techniques et le déclenchement de la Première Guerre Mondiale, font évoluer les mentalités. La naissance du cubisme, de tous les mouvements en "isme" et l’engouement extraordinaire pour les Impressionnistes sonnera la fin de La Belle Epoque, des peintres officiels et de l’académisme.
musee-des-Bx-arts-Limoges.jpg
Informations Musée des Beaux-arts de Limoges
obtenues le 2 février 2012
sur le site du musée www.museebal.fr
HORAIRES & TARIFS
Jours et heures d’ouverture
Du 1er avril au 30 septembre
ouvert tous les jours (sauf le mardi)
de 10 h à 18 h
Du 1er octobre au 31 mars
ouvert tous les jours (sauf le mardi et le dimanche matin)
de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h
Fermeture annuelle : les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre
Tarifs
  • Accès aux collections permanentes GRATUIT pour tous et toute l’année.
Tarifs des activités encadrées :
  • 5 € plein tarif
  • 3 € tarif réduit (moins de 18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minima sociaux, handicapés)
Réserver une activité
  • Par téléphone : 05 55 45 98 10
  • Par courriel : musee-bal@ville-limoges.fr
  
Partager cette page
Repost0