Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Les ateliers de Lavalette
  • : Les nouvelles des ateliers artistiques de Lavalette
  • Contact

Liste D'articles

/ / /

  

HISTOIRE D'UN TABLEAU

  

 

image 10

 

Dans cet article, je vais expliquer une pratique de la peinture: la superposition des couches et des glacis successifs.

Bien au-delà de l'expression graphique, cette pratique demande une connaissance technique de la peinture dont l'apprentissage s'acquiert par le travail, avec une constance dans les études et avec la conscience humble de la chose jamais finie ni parfaite. Le sentiment qu'il reste toujours à progresser doit diriger le travail.

Sans entrer dans les détails, la peinture à l'huile se définit:

  • Par les médiums utilisés pour la fabrication des couleurs à base des pigments communs à beaucoup de couleurs
  • Par les produits de  dilution ou d'empâtement pour la mise en œuvre sur la toile.
  • Par la profondeur des tonalités obtenues
  • Par les possibilités spécifiques liées au médium utilisé.

Le choix de cette technique pour le peintre c'est la possibilité de trouver la vraie couleur imaginée, c'est en cela que cette technique, bien particulière est avant tout un art de coloriste.

Le support de la peinture est par définition une toile de lin ou de coton, apprêtée d'une ou plusieurs couches d'un enduit maigre opaque ou d'un vernis spécial transparent laissant apparaître la texture et la couleur de la toile. Cette toile est tendue sur un châssis bois, ou marouflée sur un  matériau dur. La structure et la qualité de la toile ainsi que le nombre des couches d'enduit donneront à la finition du support son degré de qualité et sa structure plus ou moins lisse.

Etape 1

image 01

 

Après les nombreuses esquisses et études pour obtenir les bons dessins et la bonne composition, la première étape consiste au report du dessin sur la toile, ce report se fait soit par procédé de calque ou mise au carré. Ce dessin reporté est réalisé avec un matériau suffisamment dur et maigre pour permettre une bonne vision et garder à l'ensemble de la surface le caractère maigre. Si le matériau servant pour le report est trop gras, la couche de peinture diluera le matériau et sera trop grasse pour permettre la mise en œuvre des couches successives. L'autre risque sera l'apparition en fantôme ombré du tracé le dessin qui ressortira et deviendra difficilement délébile. Une fois le dessin réalisé, on peut soit passer une couche maigre d'enduit (gesso) ou nettoyer la surface par gommage ou passage d'essence.

 

Etape 2

image-02.JPG

La première couche, qui recouvre les grandes zones du tableau et les détails les plus importants en surface, est une dilution très maigre de peinture. Selon les pigments, cette première couche sera plus ou moins transparente, plus ou moins vive. Elle sera également travaillée avec l'objectif d'être recouverte d'une autre couche ou d'un glacis. Cette première couche ne prend en compte que de grands aplats, sans détail et avec quelques indications sommaires des ombres et lumières. Ils donneront le volume final. La couleur choisie n'est pas obligatoirement la couleur finale.

Etape 3

image-03.JPG

 

Le travail se poursuit par la mise en place des détails du tableau suivant les mêmes principes. Les couches se superposent pour arriver à délimiter de plus en plus finement les zones de lumières et d'ombres. Il ne faut pas définir trop brutalement les frontières entre les objets. Des zones de passage entre les objets doivent exister afin de les lier et créer une image globale en harmonie dans laquelle il faut pénétrer en toute liberté. Les couches deviennent de plus en plus grasses, moins d'essence et plus d'huile.

 

Etape 4 

image-04.JPG

 

 

Les détails se précisent, ombres, lumières, textures et couleurs. Afin de permettre un travail continu, il convient de commencer par les détails les plus éloignés du premier plan. Il faut peindre ce qui sera recouvert comme pour suggérer le passage du détail sous celui qui le recouvre.

Etape 5

image-05.JPG

  

Il aura fallu pour la réalisation de ce tableau une quinzaine de couches successives, réalisées en plus de 25 séances de travail. La réalisation d'une couche nécessite, sinon le séchage à cœur, le séchage superficiel de la couche précédente. Cela peut prendre quelques heures à plusieurs jours, suivant la maigreur du médium, l'épaisseur de la couche, mais aussi du pigment utilisé qui sèche plus ou moins rapidement.

Les photographies suivantes retracent rapidement le travail et donnent quelques précisions sur les étapes de réalisation.

 

image-06.JPG

 Mise en place des tonalités froides, travail plus pointu du détail.

image-07.JPG

  Lettrage et reflet commencent à donner forme aux objets.

 

image-08.JPG

  L'objet insolite, la carte téléphone, est mis en forme.

image-09.JPG Le fond définitif est réalisé avec les détails précis des objets.

 

  

image-10.JPG

 Les finitions, le rendu de la plume pour la légèreté en fin du travail.

  

  

  

image-11.JPG 

La finition de ce tableau comportera 5 couches minimum de vernis, après séchage complet des couches picturales, soit au minimum, suivant les pigments utilisés et les conditions climatiques, un an après la fin du travail.

Partager cette page
Repost0